Relations Canada-Birmanie

Drapeau de la Birmanie

Depuis 2010, la Birmanie met en œuvre un processus de réforme en vue de mettre fin à plus de quatre décennies de régime militaire. Fondées sur la Constitution de 2008, les réformes visent officiellement à établir une démocratie libérale, à ouvrir l’économie et à signer des accords de paix avec les principaux groupes minoritaires. Le Canada salue les récentes réformes et appuie une transition pacifique qui respecte les droits de la personne, la démocratie et la primauté du droit en Birmanie.

Historique

Le Canada et la Birmanie entretiennent des relations depuis le début du XXsiècle, lorsque les premières entreprises canadiennes, telles que Manuvie, s’y sont installées. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, un nombre important d’équipages et de pilotes canadiens ont pris part à la campagne de Birmanie contre le régime impérial du Japon, de janvier 1942 à juillet 1945. Des relations officielles entre les deux pays ont été établies à la suite de l’indépendance de la Birmanie en 1948, mais celles-ci sont devenues plus tendues après le coup d’État militaire de 1962 et les décennies de régime militaire qui ont suivi. Le Canada a tout de même maintenu la relation au cours de cette période, notamment par l’intermédiaire de projets de développement et d’aide humanitaire, comme ceux réalisés à la suite du cyclone Nargis en 2008.

Le 24 avril 2012, en reconnaissance des changements qui ont eu lieu depuis 2010 et à la suite de l’élection de M. U Thein Sein au poste de président en 2011, le Canada a assoupli ses sanctions économiques contre la Birmanie. La plupart des interdictions contenues dans le Règlement sur les mesures économiques spéciales visant la Birmanie de 2007 (ci‑après le Règlement) ont été suspendues ainsi que celles concernant les exportations, les importations, les services financiers et l’investissement. Toutefois, le Règlement modifié comporte toujours des sanctions contre certaines personnes et entités. De plus, il interdit le commerce d’armes et de matériel connexe, ainsi qu’une assistance technique et financière y afférente.

En juillet 2012, il fut annoncé que le Canada ouvrirait une ambassade en Birmanie, à Rangoon (Yangon). Le tout premier ambassadeur résidant du Canada en Birmanie a donc été nommé en mars 2013 et a présenté ses lettres de créance au président U Thein Sein la même année. La nouvelle chancellerie du Canada, située dans la Centrepoint Tower ouvra ses portes en août 2013. En outre, un centre de demande de visa a ouvert ses portes à Yangon en août 2015.

Relations bilatérales

Depuis l’ouverture de la Birmanie au reste du monde en 2010, le Canada a intensifié de façon considérable sa présence en Birmanie, mettant particulièrement l’accent sur la coopération en matière de sécurité, les droits de la personne, la formation en gouvernance et l’aide humanitaire. En 2014, le gouvernement du Canada a désigné la Birmanie comme un pays ciblé pour la coopération internationale. À cet égard, des progrès ont été réalisés au chapitre de l’élaboration de programmes à l’appui de la croissance économique durable, de la réduction de la pauvreté, de l’égalité entre les sexes et de la gouvernance démocratique en Birmanie. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre page Web sur les Projets de développement international en Birmanie.

Sécurité

Le Canada et la Birmanie collaborent dans un certain nombre de dossiers liés à la sécurité, dont bon nombre portent sur la sécurité à la frontière et la lutte contre la contrebande. À cet égard, nous travaillons actuellement avec l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le gouvernement de la Birmanie dans le cadre du Programme de contrôle des conteneurs, qui vise à améliorer les contrôles des ports afin de réduire le risque que les conteneurs soient utilisés pour le passage de marchandises illicites. Le Canada participe également à des efforts visant à éliminer la traite de personne et le passage de clandestins en appuyant la formation des agents de l’immigration et des services frontaliers aux aéroports et aux frontières, notamment les frontières terrestres.

Droits de la personne et éducation civique

Le Canada collabore avec de multiples partenaires afin de promouvoir l’éducation civique, de sensibiliser la population birmane aux droits des LGBT et d’améliorer la situation générale des droits de la personne. Par exemple, nous avons apporté un soutien à de nombreux groupes de la société civile qui œuvrent, entre autres, à favoriser l’ouverture de la Birmanie (Open Myanmar Initiative) et à appuyer la réalisation de documentaires sur les droits de la personne et la dignité humaine (Human Rights Human Dignity Documentary Film Making). Nous continuons également de travailler avec des groupes comme PEN Myanmar.

Réduction de la pauvreté et croissance économique durable

En reconnaissance des progrès réalisés par la Birmanie au chapitre du renforcement de la démocratie, le gouvernement du Canada a effacé en entier la dette (8 306 202,63 $) que lui devait la République de l’Union du Myanmar en octobre 2014. Le Canada a consolidé son soutien en 2014-2015 au moyen d’une subvention de 4,3 millions de dollars au PNUD pour améliorer la collecte et l’analyse de données, et d’une contribution de plus de 16 millions de dollars pour aider les Mennonite Economic Development Authorities à collaborer avec des partenaires birmans à l’appui des femmes entrepreneures.

Aide humanitaire

L’aide humanitaire fournie par le Canada à la Birmanie est distribuée par l’intermédiaire d’organisations humanitaires expérimentées telles que le système des Nations Unies, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et des organisations non gouvernementales canadiennes. En 2014, le Canada a versé 8,1 millions de dollars en aide humanitaire à la Birmanie pour aider à répondre aux besoins des populations déplacées ou touchées par une crise. Par exemple, grâce au soutien du Canada, le Programme alimentaire mondial a fourni de l’aide alimentaire à plus de 800 000 personnes. À la suite des inondations en août 2015, le Canada a fourni une aide humanitaire d’urgence de 2 millions de dollars à la Birmanie.

Gouvernance

Le Canada joue un rôle de premier plan dans le domaine du fédéralisme dans la gouvernance, offrant de la formation et des renseignements sur ce dossier aux groupes de la société civile et aux minorités ethniques de la région. Par l’intermédiaire de l’Enveloppe de la démocratie du Fonds pour la paix et la sécurité mondiales (FPSM), le Canada a fourni plus de 3,7 millions de dollars au cours des six dernières années (de 2008 à 2015) pour soutenir la société civile, et améliorer la connaissance de la démocratie et du fédéralisme parmi les intervenants et les acteurs politiques.

Commerce

Compte tenu de l’évolution positive du processus de réforme en Birmanie, le Canada a rétabli le tarif de préférence général (TPG) et le tarif des pays les moins développés (TPMD) pour la Birmanie en mars 2015. Le pays présente d’importantes possibilités d’affaires dans les secteurs de l’infrastructure, des technologies de l’information et des communications, ainsi que de l’exploitation minière et pétrolière. Toutefois, les Canadiens ainsi que les entreprises canadiennes qui envisagent de mener des activités en Birmanie sont invités à se familiariser avec les sanctions et restrictions subsistantes et à prendre connaissance de la lettre ouverte des ministres Faire des affaires en Birmanie. Pour de plus amples informations à ce sujet, vous pouvez consulter notre page Web sur les sanctions économiques imposées contre la Birmanie par le Canada.

Le Canada collabore également avec la Birmanie dans le cadre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE), dont la Birmanie est un État membre et le Canada un partenaire du dialogue, ainsi que du Forum régional de l’ANASE (FRA). La Birmanie a assumé la présidence de l’ANASE en 2014.

Novembre 2015